Minestrone d’hiver

minestrone

Il existe existe beaucoup de recettes de minestrone, variant selon les régions, les saisons et les familles. Cette soupe permet en effet d’utiliser les légumes que l’on a à disposition et de composer rapidement un dîner sain et savoureux. Pellegrino Artusi écrivait à propos de sa recette de minestrone : « Voici comment je le cuisinerais personnellement. Libre à vous de le modifier à votre guise, selon les goûts de chaque région et les légumes qu’on y trouve ». Chouette, pour une fois on peut rester dans la tradition en improvisant !

Le minestrone d’Artusi est préparé sur une base de pot au feu et composé de haricots secs, de chou frisé, d’épinards, de blettes, de jambon, d’ail, de pommes de terre, de courgette, d’oignon, de couennes, de parmesan et de coulis de tomates. Il est épaissi en fin de cuisson avec du riz. Pellegrino Artusi conclue d’ailleurs sa recette avec une de ses remarques spontanées comme on les aime : « mais je vous préviens, cette soupe n’est pas pour les estomacs faibles ».

La version que je vous propose est plus simple à improviser et certainement bien moins riche. Les estomacs faibles peuvent donc s’y essayer sans crainte ! Peut-être que je tenterai un jour la recette telle que Pellegrino Artusi l’a écrite, vous serez évidemment avisés du résultat.

Afin de maîtriser la cuisson des pâtes, je les ai faites cuire à part et refroidies sous l’eau dès qu’elles étaient prêtes. En les gardant séparées du bouillon, elles ne surcuisent pas, même quand on mange le reste de minestrone le lendemain ou le surlendemain. Toutes les pâtes peuvent faire l’affaire, mais je trouve que les grosses pâtes creuses se prêtent mieux au minestrone.

Ingrédients

Pour 3 personnes

  • 1 oignon
  • 50g de jambon sec
  • 2 gousses d’ail
  • 3 carottes
  • 1 gros poireau
  • 2 branches de céleri
  • 1 verre de vin blanc
  • 1 petite boîte de haricots blancs
  • 100g de grosses coquillettes
  • 2 cuillères à soupe de concentré de tomates
  • parmesan pour servir

Préparation

  1. Hacher le jambon au couteau et émincer l’oignon.
  2. Faire revenir l’oignon avec le jambon sec dans un petit peu d’huile d’olive.
  3. Couper en assez gros morceaux les carottes, le céleri et le poireau. Ajouter ces légumes au mélange hachis / oignons, ainsi que le concentré de tomates. Verser un verre de vin et laisser cuire quelques instants.
  4. Ajouter environ 75 centilitres d’eau froide. Ajouter une cuillère à café de sel. Faire bouillir, baisser le feu. Écumer et couvrir. Laisser cuire entre 35 et 45 minutes.
  5. Cuire les coquillettes dans de l’eau bouillante salée pendant la cuisson du bouillon.
  6. Refroidir les coquillettes sous l’eau froide pour stopper la cuisson.
  7. Ajouter les haricots égouttés au bouillon.
  8. Goûter et rectifier l’assaisonnement si besoin.

Montage

  1. Mettre quelques coquillettes au fond de l’assiette creuse et recouvrir de soupe.
  2. Râper du parmesan et le proposer à table.
  3. Il nous arrive d’ajouter également un peu de sauce soja au bouillon mais, là, on doit friser le blasphème (essayez discrètement, vous verrez, c’est très bon).

Note : pour mieux conserver le minestrone, l’égoutter et placer la garniture et le bouillon dans deux récipients distincts. Ainsi, la garniture n’absorbera pas le bouillon.

2 réflexions sur « Minestrone d’hiver »

    1. Chouette, encore un bon plat à découvrir. Je n’avais jamais entendu parler de la garbure. En en lisant le descriptif, je vois que l’esprit est le même que le minestrone. Une composition qui varie selon les saisons avec plein de légumes !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.