Oden (pot au feu japonais)

oden dans un bol japonais

L’oden est un plat mijoté très courant dans la cuisine japonaise hivernale. Il est souvent appelé pot au feu japonais, mais en est, je trouve, plutôt éloigné dans ses ingrédients, son apparence et son mode de commercialisation. Il s’agit d’une sorte de ragoût de légumes et de pâtés de poisson, cuits longuement dans un bouillon dashi relevé de shoyu et mirin. Au Japon, il peut à la fois être dégusté dans des restaurant spécialisés (les oden-ya), acheté tout fait à emporter sur des stands de nourriture ou dans des kombinis (convenience store japonais), acheté en kit en supermarché ou cuisiné « du début à la fin» à la maison.

Intrigué par ce plat sur les comptes Instagram japonais que je suis, je me suis intéressé plusieurs fois à des recettes sans jamais toutefois me lancer. Il faut en effet disposer de 2h30 à 4h devant soi, les ingrédients sont multiples et certains difficiles à trouver. C’est la dégustation d’un oden très simple, mais délicieux, dans une cantine de la rue Sainte Anne qui m’a décomplexé. Même si la grande variété fait partie du plaisir de déguster un Oden au Japon, à 9700 km de là bas, il faut accepter de faire quelques concessions. Je vous partage donc ici une composition plutôt basique du oden, mais non moins savoureuse, telle que je l’ai réalisée chez moi. Nombre de déclinaisons sont possibles, je vous les indique en note en bas de la recette.

Ce sont les kamaboko, hanpen et satsuma age, pâtés de poisson de multiples formes, qui m’ont causé le plus de cas de conscience. Les principales épiceries japonaises parisiennes en proposent en surgelé mais de bien piètre qualité : fabriqués en thaïlande, ils contiennent nombre d’additifs douteux et leur saveur est vraiment très moyenne. Après moult réflexions (faut-il utiliser du surimi européen au risque de corrompre le goût, faut-il en cuisiner maison ou faut-il se résigner aux versions thailandaises ?), j’ai finalement choisi de les omettre et je ne l’ai pas regretté ! Les différents légumes se sont gorgés des délicieuses saveurs du bouillon, ils étaient tous très gourmands ! N’oubliez pas la moutarde, elle apporte un vrai plus.

Très vite, notre appartement a été envahi par les mêmes parfums que ceux que nous avons sentis dans les rues de Tokyo, lors de notre dernier voyage. Sans oublier le goût du daikon qui nous a retransportés dans un oden-ya de la gare d’Ueno… j’ai déjà hâte de manger le reste demain, je suis sûr que ce sera encore meilleur…

Ingrédients

Pour 4 portions

  • 1 litre de bouillon dashi, idéalement préparé maison, ou 4 cuillères à café de poudre de dashi et 1 litre d’eau
  • 3 cl de usukuchi shoyu (sauce soja japonaise claire)
  • 3 cl de shoyu (sauce soja japonaise)
  • 3 cl de mirin (alcool de riz sirupeux)
  • 2 cuillères à café de sucre
  • 400 g de daikon (long radis blanc japonais)
  • 1 morceau de 200 g de pousse de bambou sous vide
  • 1 bloc de konjac (konnyaku) de 250 g environ (à défaut vous pouvez le remplacer par les shirataki de konjac, vous savez, ces nouilles coupe-faim ultra diététiques)
  • 4 œufs
  • Des kamaboko, hanpen et satsuma age (pâtés de poisson) si vous en trouvez qui vous conviennent, j’ai les ai zappés pour ma part,
  • Du riz cuit à la japonaise
  • De la moutarde

Préparation

  1. Commencer par préparer le bouillon dashi en suivant cette recette. Sinon, faire chauffer 1 litre d’eau et y dissoudre 4 cuillères à café de dashi en poudre. Réserver.
  2. Détailler la pousse de bambou en tranches. Faire bouillir une casserole d’eau et blanchir le bambou pendant 10 secondes environ. Égoutter et réserver.
  3. Bien rincer le bloc de konjac sous l’eau froide. Le plonger une minute dans une casserole d’eau bouillante. Égoutter et refroidir sous l’eau. Le déchirer en morceau avec les doigts. Cela lui permettra de mieux absorber les saveurs du bouillon.
  4. Éplucher le daikon. Le trancher en deux dans la longueur, puis tailler des tranches assez épaisses en demie-lune. Faire bouillir de l’eau dans une casserole et cuire le daikon 15 minutes. Égoutter et réserver.
  5. Faire bouillir de l’eau dans une casserole et y cuire les œufs pendant 10 minutes. Égoutter, refroidir les œufs sous l’eau et les écaler. Réserver.
  6. Dans une cocotte en fonte, mélanger le bouillon dashi avec 3 cl de usukuchi shoyu (sauce soja japonaise claire), 3 cl de shoyu (sauce soja japonaise), 3 cl de mirin (alcool de riz sirupeux) et 2 cuillères à café de sucre. Faire bouillir, baisser le feu et ajouter les ingrédients préalablement réservés : le bambou, le konjac, le daikon et les œufs durs. Laisser mijoter à couvert, idéalement durant 3 heures, à défaut deux heures.
  7. Poser la cocotte au centre de la table et laisser chacun choisir les ingrédients qui lui plaît et se servir au fur et à mesure dans son bol, en mettant un peu de bouillon. Servir accompagné d’un bol de riz et de moutarde.

Note : il existe de multiples recettes d’oden. voici les autres ingrédients que j’ai repérés dans mes livres et sur Internet :

  • Pomme de terre
  • Navet
  • Nishime Kombu
  • Sashimi de poulpe
  • Poireau
  • Carotte
  • Feuilles de chou farcies aux épinards
  • Poches de tofu frit farcies au porc, mochi de riz, champignons enoki, champignons shimeji et ciboule

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.